La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Des œuvres d’art pas comme les autres !

Posté le 29/05/2018

 

Des toiles réalisées à l’aide de petits canards de T.P. Hardisty aux étranges silhouettes de « petits peuples » de Madlis et Pakis en passant par les chevaux de Laurent Llobet et les tableaux faits de bouts de bois de Daniel René ainsi que les superbes céramiques d’Anne Gillot ou encore les toiles à la cire de bougie de Lee Mi Kyung… l’originalité et l’imagination étaient au rendez-vous le week-end dernier à Paris au salon Art Shopping. Une inventivité qui porte autant sur les matériaux utilisés que les techniques employées ! Zoom sur ces œuvres d’art pas comme les autres…

Un vent de nouveauté flottait en effet sur bon nombre des stands de cette 22e édition du salon d’art contemporain Art Shopping qui s’est tenue le week-end dernier au Carrousel du Louvre à Paris. Cette originalité se retrouvait en particulier dans les personnalités des artistes venus présenter directement leur travail au public, dans la variété des matériaux qu’ils utilisent, dans la multiplicité de leurs inspirations personnelles, dans la diversité de leurs œuvres… Voici plus en détail quelques une de ces réalisations à la forte créativité.

 

 

Sac de bouts de bois et tableaux faits de tronçons de Daniel René présentés sur son stand au salon Art Shopping Paris - mai 2018.

 

 

 

 

 

« Montrer la beauté du bois ! » : tel est le but de Daniel René, un artiste qui réalise dans son garage près de Tours de fabuleux tableaux fais de bouts de bois. Il utilise seulement du bois naturel et fait sa « cueillette » dans les forêts en cherchant du bois échauffé, c’est à dire du bois qui est resté longtemps dans la nature, qui a été exposé à la pluie et au soleil, qui a été attaqué par les champignons, les insectes.... Car ce sont ces différentes attaques qui donnent à chaque branche et à chaque tronçon, ses propres spécificités de couleur, de nervure, d’aspect…Sa méthode ? « Je coupe ces branches en petits tronçons de quelques millimètres à quelques centimètres que je colle ensuite un à un sur un support de bois, explique-t-il. Cela produit un double effet visuel : un effet de vague donné par la progression de la taille du diamètre des branches et un effet de profondeur donné par la longueur des bouts de bois ». Quant à son inspiration, Daniel René se laisse tout simplement guider par le bois : « J’ai fait un dessin préparatoire pour un seul tableau, souligne-t-il. Le reste du temps, c’est le bois qui m’impose son thème. Strictement naturels, les bois que j’utilise ont tous leurs particularités, leur propre personnalité… Ce sont toutes ces différences qui m’inspirent ! »

 

 

« Petits peuples » : sculptures de pierre de Madlis et Pakis présentées sur leur stand au salon Art Shopping Paris - mai 2018.

 

 

 

 

 

Ce couple d’artistes peintres plasticiens de Saint François (Guadeloupe) sculptent des générations de « petits peuples » en donnant naissance à d’étranges personnages miniatures qui miment des scènes de vie en société : « Nous travaillons deux types de roche, la latérite et le tuf, explique-t-elle. Ces roches sont d’ordinaire utilisées communément dans le secteur du bâtiment. C’est pourquoi en les sculptant nous avons le sentiment de leur redonner leurs lettres de noblesse ». Au départ artistes peintres, c’est en jouant de plus en plus sur la matière et le relief que Madlis et Pakis sont parvenus peu à peu à créer ce monde de petits peuples plein de poésie.

 

 

Les céramiques d’Anne Gillot présentées sur son stand au salon Art Shopping Paris - mai 2018.

 

 

 

 

« Je parts de la terre brute et, comme un potier, je façonne un objet, explique Anne Gillot. Ensuite je m’intéresse à l’émail. Cela fait plus de 40 ans que je travaille la céramique, que j’expérimente, que je cherche… Et j’ai toujours des surprises ! » La particularité d’Anne Gillot ? Elle crée elle-même ses émaux en alliant des matières premières qui ne sont jamais exactement les mêmes à une envie permanente de se renouveler. Le résultat ? D’étonnantes pièces qui se caractérisent à la fois par leurs couleurs, leurs structures, et surtout par la poésie qui en ressort. Les céramiques d’Anne Gillot sont visibles dans ses ateliers, à Paris et à Seillans dans le Var.

 

 

Chevaux de bois flotté de Laurent Llobet présentés sur son stand au salon Art Shopping Paris - mai 2018.

 

 

 

 

« Les bois que j’utilise pour fabriquer mes sculptures arrivent des forêts, explique Laurent Llobet. Ils suivent les cours d’eau, puis arrivent dans la mer. Et c’est là que je les récolte, sur les plages de la méditerranée dans les environs de Bézier ». Dans sa grande ferme à proximité de Montauban où Laurent Llobet a installé son atelier, ce sont ses propres chevaux qui lui servent de muses. Il les observe, copie leurs attitudes et les sculpte, parfois même grandeur nature !

 

 

Tableaux de TP Hardisty présentés sur son stand au salon Art Shopping Paris - mai 2018.

 

 

 

 

 

Bâtisseur d’un univers au croisement de l'art, de la sculpture et du design, TP Hardisty utilise la couleur et la structure pour réinventer des objets du quotidien. Multi facettes, ses tableaux dévoilent des réalités différentes suivant le regard qu’on leur porte ou l’angle que l’on choisit de prendre pour mieux les observer. De loin, ce sont des images familières représentant un cœur, un émoticône qui sourit, un autre qui grimace. De près, ce sont autant de petits canards de couleurs différentes, de simples jouets d’enfants méticuleusement et savamment arrangés.

 

 

Toiles de Lee Mi Kyung présentées sur le stand de Artist Dream Team (équipe de cinq artistes) au salon Art Shopping Paris - mai 2018.

 

 

 

 

 

Travaillant l’huile sur toile à la cire de bougie, l’artiste peintre Lee Mi Kyung parvient à donner à ses toiles aux couleurs tendres un effet vaporeux qui évoque la légèreté, le rêve et l’éphémère.

 

Elles sont originales, étonnantes, impressionnantes… Pourtant les prix de ces œuvres d’art contemporaines ne sont pas particulièrement exorbitants. Bien que variables eux aussi, les prix des réalisations présentées ci-dessus se situent en effet dans une fourchette allant de 500 € à 3000 €, avec un médian aux alentours de 1500 €. De quoi en définitive confirmer la ligne de conduite du salon Art Shopping depuis ses 11 ans d’existence : être « LE rendez-vous immanquable pour se procurer des œuvres d'art accessibles ».

 

Andrée Muller

Partager via un média social