La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

L’art urbain s’affiche à La Défense

Posté le 25/09/2017

 

Près d’une vingtaine d’artistes urbains étaient réunis le week-end dernier en Ile de France sur l’esplanade de La Défense pour la troisième édition du « Underground Effect ». Ils ont œuvré sur place en réalisant sur de grands panneaux disposés à cet effet, des fresques aux couleurs et aux inspirations diverses. Ici en illustration, l’artiste d’origine australienne Smug au travail… Petit aperçu…

Cette manifestation qui a réuni plusieurs grands noms de l’art urbain est organisée conjointement par l’association Saato dans le cadre du Projet Saato dont l’objectif est la promotion de l’art urbain, Defacto qui est l’établissement public de gestion du quartier d’affaires, et la société Parkings Paris La Défense, filiale du groupe Indigo. S’inscrivant dans le cadre du festival street-culture de l’Urban Week Paris La Défense, la manifestation a réuni dix-huit graffiti-artistes venant d’horizons et de pays différents (voir ici pour en savoir plus). A noter également l’exposition de reproduction d’une trentaine de graffitis vendus en série limitée (généralement une trentaine d’exemplaires) par la petite société parisienne Wasaa dont le site marchand propose une sélection de reproductions et d’œuvres originales des artistes inscrits sur son site wasaa.fr.

 

Voici quelques-unes des fresques réalisées sur place le week-end dernier à La Défense :

 

 

Le français Dege au travail sur l’esplanade(voir ici« Avec ses bombes de peinture, Dege fait dans la dentelle », article sur Le Progres.fr)

 

 

 

 

 

 

 

Réalisation dans un style très sciences fiction de l’artiste français Russ (voir ici son site web).

 

 

 

 

 

 

 

Portraits réalisés par Nean, jeune artiste urbain né à Bruxelle en 1991 (voir ici « Nean, street artiste aux portraits réalistes », grande interview réalisée par le média indépendant de l’art urbain Streep).

 

 

 

 

 

 

 

« Don’t juge me », fresque réalisée par l’artiste portugais Mr Dheo (voir ici son site web) dans le cadre du Underground Effect Paris la Défense 2017.

 

 

 

 

 

 

S’ajoutant aux œuvres déjà réalisées dans le cadre des précédents Underground Effect Paris La Défense, les fresques créées cette année viendront s’afficher à leur tour dans les parkings du quartier d’affaires parisien. En voie de se transformer en véritables petits musées d’art urbain contemporains, ces derniers pourraient devenir ainsi pour les street-artistes une fabuleuse galerie d’art de plus de 2 millions* de visiteurs…

 

* Les parkings de La Défense compteraient d’après les chiffres de la filiale d’Indigo, pas moins de 2 080 344 clients horaires du quartier auxquels s’ajouteraient 147 000 abonnés. 

 

Andrée Muller

Partager via un média social

Partager via un média social