La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

La semaine parisienne du dessin

Posté le 12/03/2019

 

Fin mars, Paris fête le dessin. Sous toute ses formes ! Du très reconnu Salon du Dessin qui se tient au Palais Brongniart à DDessin installé dans les locaux de l’ancienne imprimerie du magazine l’Illustration en passant par Drawing Now au Carreau du Temple, anciennes et nouvelles générations d’artistes et de galeries seront de la fête du 27 au 31 mars prochain. Soit au total plus de 4000 à 5000 dessins exposés ! Tour d’horizon…

Loin de se concurrencer, les trois évènements majeurs de la semaine du dessin parisienne s’enrichissent mutuellement. Quoi de mieux en effet que de se concocter un petit « parcours dessin » personnel en visitant successivement les trois salons ? Tradition et académisme d’un côté avec le Salon du Dessin, nouvelles tendances et découvertes de l’autre côté avec d’une part Drawing Now qui donne une large place aux galeries venues d’autres pays, et par ailleurs DDessin qui donne la priorité aux artistes émergents et aux jeunes galeries. Quels sont les objectifs et les attentes des organisateurs de ces trois évènements ?  Quels dessins et quels artistes y seront à l’honneur dans leurs éditions 2019 ?

Le Salon du Dessin : presque trente ans d’existence. Le premier salon du dessin de collection qui s’est tenu en 1991 à l’Hôtel George V à Paris rassemblait 17 exposants. Il a pris depuis une belle ampleur : installé au Palais Brongniart (place de la Bourse à Paris dans le 2arrondissement) depuis 2004, le Salon du Dessin accueillera cette année pour sa 28édition une quarantaine de galeries spécialistes du dessin (ancien, moderne et contemporain) parmi les plus connues au monde. Ainsi le dessin d’Egon Schiele présenté par la galerie viennoise Wienerroither & Kohlbacher est d’ores et déjà un incontournable de l’édition 2019. Ce qui ne veut pas dire pour autant absence du dessin contemporain : la Fondation d’art contemporain Daniel et Florence Guerlain organise en effet chaque année depuis 2007 le Prix du Dessin Contemporain dans le cadre du Salon du Dessin. Ce prix attribué à une ou un artiste sur la base de trois nominations a été remis l’année dernière à Mamma Andersson, artiste suédoise née en 1961. Cette année les trois artistes nommés sont Friedrich Kunath (artiste allemand né en 1974), Claire Morgan (artiste irlandaise née en 1980) et Jérôme Zonder (artiste français né en 1974). La lauréate ou le lauréat sera élu le 28 mars par un jury réunit au Palais Brongniart. 

 

 

Egon Schiele (1890-1918) : Femme debout se couvrant le visage avec ses deux mains, 1911, gouache, aquarelle et crayon sur papier, signé et daté au centre à droite, 44,7 x 31,5 cm, Galerie Wienerroither & Kohlbacher (source : dossier de presse).

 

 

 

 

 

 

Mamma Andersson : The Pearl, technique mixte sur papier, 2016, 63,5 X 49 cm. Lauréate du 11e prix du dessin décerné par la Fondation d’Art Contemporain Daniel & Florence Guerlain le 22 mars 2018 dans le cadre du Salon du Dessin, Mamma Andersson dessine des paysages ou des scènes d’intérieur, souvent mystérieuses et rappelant la peinture nordique. 

 

 

 

 

 

Un temple pour le dessin contemporain. Premier salon d’art contemporain exclusivement dédié au dessin en Europe, Drawing Nowa été créé en 2007 par Christine Phal, anciennement galeriste et co-directrice avec sa fille Carine Tissot de CPCT Arts & Events. Installée au Carreau du Temple (4 rue Eugène Spuller à Paris dans le 3arrondissement), cette foire réservée au dessin contemporain présente des œuvres créées depuis moins d’un demi-siècle. Son atout ? Accueillir à la fois les galeries les plus connues et celles n’ayant pas forcément pignon sur rue dans les grandes villes. On peut ainsi y découvrir les dessins d’artistes pas toujours très bien connus, à l’extérieur comme à l’intérieur des frontières de leur région ou de leur pays. Une raison sans doute pour laquelle cette année, pas moins de cinq artistes ont été nommés pour le Prix Drawing Now 2019 : : Io Burgard (française née en 1987, galerie Maïa Muller), Damien Deroubaix (français né en 1972, galerie In Situ - Fabienne Leclerc), Friedrich Kunath (allemand né en 1974, VNH Gallery), Lucie Picandet (française née en 1982, galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois) et Nazanin Pouyandeh (iranienne née en 1981, galerie Sator). La lauréate ou le lauréat sera élu le 27 mars (source : dossier de presse  du salon 2019).

 

 

Katharina Ziemke, Storm 4, 2018, encre colorée sur papier de riz, 95 x 125 cm, présentée par la galerie Isabelle Gounod. Effectuant pour Drawing Now un focus sur les travaux de Katharina Ziemke (née à Kiel en Allemagne en 1979) la galerie exposera sur son stand au salon un ensemble de dessins inédits extraits de la dernière série de l’artiste allemande, Storm (source : dossier de presse).

 

 

 

 

 

 

 

Dessins des cinq artistes nommés pour le Prix Drawing Now 2019 (source : dossier de presse).

 

 

 

 

 

 

Place au dessin avant-gardiste. Organisé depuis 7 ans par Eve de Medeiros, sa fondatrice et directrice, DDessin se tient dans l’ancienne imprimerie du magazine l’Illustration à l’Atelier Richelieu (60 rue Richelieu à Paris dans le 2arrondissement). Son ambition est de servir de tremplin et de passerelle aux artistes émergents. Outre une vingtaine de galeries françaises et étrangères ainsi que des « solo shows », une pépinière accueillera une petite dizaine de jeunes artistes. Cet espace consacré au dessin avant-gardiste présente cette année les travaux d’Agathe TomanAmélie BarnathanJessy Deshais et Corine Borgnet (qui avaient déjà exposé l’année dernière) et ceux de quatre nouveaux arrivants : Clothilde AntyNada MattaAlma Vallé et Margaux Henry-Thieullent. Autre temps fort de cette 7eédition : la remise du Prix DDessinParis/Institut Français de Saint-Louis du Sénégal. Il a été attribué l’année dernière à Isabelle Lévénez. Née en 1970 à Nantes, elle questionne à travers l’image du corps l’identité humaine autant par la vidéo que le dessin ou la peinture.

 

 

 

Isabelle Lévénez : Tête bleue, 2011, encres colorées sur papier, 32 x 40 cm, Courtesy de l’artiste et H Gallery, Paris (source : dossier de presse). Lauréate du Prix DDessin-2018, Isabelle Lévénez est représentée par H Gallery. Elle sera à nouveau présente au salon cette année.

 

 

 

  

 

 

Zapping sur le travail des exposants de la pépinière DDessin-2019 (source : voir ici pour en savoir plus). A découvrir… sans modération. 

 

 

 

 

 

 

Drawing NowDDessin ou le Salon du Dessin : par lequel commencer et par lequel finir le parcours de la semaine du dessin ? Difficile de répondre, si ce n’est que l’essentiel est de percevoir la complémentarité de ces différents évènements artistiques. Et surtout, de n’ériger aucunes frontières rigides entre les styles de dessin, les époques, les inspirations, les motivations ou même les techniques choisies par les artistes. 

 

Andrée Muller

Partager via un média social