La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Du savoir-faire au savoir utiliser

Posté le 02/12/2018

 

Du Comptoir du Chocolat à Sennelier en passant par Cultura ou Zôdio, le salon « Créations & savoir-faire » a réuni le week-end dernier au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris des entreprises appartenant à des secteurs d’activité relativement éloignés. Créés depuis plusieurs générations ou beaucoup plus récents, ces producteurs ou distributeurs qui exposaient au salon témoignaient pourtant d’une tendance commune, le « fait maison ». Cette tendance au DIY (pour « Do it Yourself ») est devenue en quelques années beaucoup plus qu’une simple mode. D’abord réservée aux initiés, cette pratique a donné naissance à un mode de fonctionnement qui s’étend aujourd’hui à un grand nombre d’activités. Grâce en particulier à des acteurs du marché qui diffusent de plus en plus facilement conseils et recettes. Cette évolution du savoir-faire vers le faire savoir était particulièrement visible au salon. Petit aperçu.

La semaine dernière au salon « Créations & Savoir-Faire », on était en effet loin, très loin même, des premiers magasins de scrapbooking où le fait d’avoir l’honneur d’être un client n’était pas donné à tout le monde. Oser demander un quelconque conseil ou s’informer sur les différentes façons d’utiliser tel ou tel papier ne suscitait que mépris de la part des vendeurs et des maîtres des lieux (expérience vécue !) … Heureusement depuis, les choses ont beaucoup évolué. Et c’est à nos yeux l’une des grandes qualités de ce salon qui s’est tenu le week-end dernier Porte de Versailles : donner l’occasion de mesurer l’extraordinaire étendue des possibilités du « faire soi-même » dans des domaines aussi variés que la couture, le dessin, la peinture, la décoration ou la cuisine. A cet égard, deux caractéristiques de nature différente nous ont particulièrement intéressés : les possibilités très étendues du papier en matière de création d’une part et d’autre part un étonnant foisonnement de recettes et de tutoriels. 

 

Le papier sous tous ces angles. Parmi les plus remarquables, le stand « Les Loisirs Créatifs d’Eugénie » proposait des kits pour réaliser des fleurs ou des petits animaux avec des bandelettes de papier à rouler (papier quilling). Explications techniques et conseils pratiques ne manquaient pas. Même chose sur le stand de Cultura ou les démonstratrices ne rechignaient pas à expliquer de façon précise comment se servir de feutres à alcool, par exemple pour donner des effets de mélange de couleurs à ses dessins. Quel papier utiliser ? Quelles erreurs ne pas faire ? Chez Agent Paper, fourmillement d’idées de déco à faire soi-même et conseils pour y parvenir ne faisaient pas défaut non plus.  Même chose encore sur le stand du spécialiste du cartonnage « L’art et Création », qui propose d’ailleurs sur son site plus d’une centaine de fiches techniques et de tutoriels pour créer des sacs, des boites à café, des boites à bijoux…

 

 

Stand de « Les loisirs Créatifs d’Eugénie » au salon « Créations & savoir-faire » 2018.

Petite entreprise artisanale de l'Oise, « Les loisirs Créatifs d’Eugénie » est spécialisée dans la conception de kits de papier à rouler français : « Mon but est de promouvoir le quilling, faire découvrir cette technique à un large public. Pour cela je crée des kits de loisirs créatifs qui sont comme un cours à domicile (..) » (voir ici pour en savoir plus) 

 

 

 

 

Stand de « Agent Paper » au salon « Créations & savoir-faire » 2018.

« L’aventure Agent Paper commence au sein d’une imprimerie rennaise nommée Micro Lynx. Comme dans beaucoup d’imprimerie, celle-ci se retrouvait avec des montagnes de stock de papiers inutilisés (…) une équipe d’irréductibles illuminés ont eu l’idée de récupérer ces matières afin d’en faire des beaux objets de décoration pour des vitrines de magasin ». Dirigée par son fondateur Olivier Vénien, Agent Paperdispose aujourd’hui d’un site de vente en ligne, de cinq boutiques physiques et d’un réseau de franchisé qui démarre (voir ici pour en savoir plus).

 

 

 

Un univers de recettes. Outre les quelques cinq cents ateliers organisés tout au long des cinq jours du salon, plusieurs exposants faisaient de leur stand un véritable espace de démonstration et de conseil. Pigments, liants, diluants, solvants, additifs… comment bien les marier ? Côté art, le salon offrait aussi de belles opportunités. Ainsi « Couleurs du Quai - Les Magasins Sennelier » proposait sur son stand une précieuse brochure contenant recettes et conseils pour fabriquer soi-même ses propres couleurs. Sur le stand des feutres de la marque Posca, il était possible de tester directement ses différents marqueurs de peinture à base d’eau, et de participer aussi bien sur aux ateliers de dessin sur tote bag, toile ou céramique.

 

 

Une recette des Magasins Sennelier extraite de la brochure d’information sur les pigments (voir ici pour en savoir plus).

Créée par Gustave Sennelier, passionné par la chimie et les couleurs, la Maison Sennelier s’ouvrait en 1887 sur le Quai Voltaire à proximité des Beaux-Arts et en face du Louvre, où se trouve toujours d’ailleurs son magasin « Couleurs du Quai ». Lieu de rencontre et de travail pour des artistes comme Cézanne ou Picasso, la Maisons Sennelier continue depuis plusieurs générations à produire des huiles extra-fine dont la notoriété auprès des artistes d’aujourd’hui est toujours aussi grande. 

 

 

 

Cultura, Posca, Sennelier ou encore Agent Paper n’étaient pas, bien sûr, les seules marques à jouer le jeu du DIY, du tutoring et des conseils pratiques. Et c’est, à notre sens, l’un des points majeurs du salon « Créations & Savoir-Faire » : la diversité de ses exposants montre qu’il existe à présent de moins en moins de limites au « fait maison ».

 

Andrée Muller

Partager via un média social